Aller au contenu principal

Josaphat dans tous ses états

Etat des lieux du dossier de la friche Josaphat (Schaerbeek, Bruxelles)

Dernière mise à jour :

Le vert en ville : des concepts et des besoins qui se mêlent

La majorité des humains vivent en ville(1) et pourtant chacun, à sa façon, cherche à redevenir “sauvage”: vacances au vert, bain de forêt, etc. Idéalisée, la nature se fait tantôt quête, tantôt refuge. Elle parfois pointée comme une solution et est l'objet de multiples combats. Le retour à la terre n’est pas nouveau mais est-il plus courant aujourd’hui? si oui, que cache-t-il?
Les citadins se rendent compte que la nature en ville se fait rare, alors qu’elle participe directement à leur qualité de vie.

Le terme “espaces verts(2) est devenu familier dans l'espace public. Ce terme a un sens juridique restreint pourtant la nature s’affirme partout, du balcon aux espaces agricoles périurbains, en passant par les corridors écologiques. La nature en ville dépasse largement les espaces qui lui sont dédiés.
Natagora se consacre depuis de nombreuses années à la connaissance de la biodiversité en milieu urbain, entre autres au travers du réseau de points d’écoute qui jalonne les villes. 

Avec les confinements sanitaires, la prise de conscience de la nature en ville a dépassé les cercles naturalistes. En effet, dès les premiers jours du confinement, des citadins se sont enthousiasmés d’entendre les oiseaux chanter et ils se félicitent de voir la nature reprendre ses droits. Le plus surprenant à nos yeux n’est pas tant de réentendre les oiseaux chanter, c’est malheureusement que l’on s’en étonne! Cette faune était déjà dans nos villes mais beaucoup ne la voyaient pas ou ne l'entendaient pas.

Ce ne sont là que quelques éléments qui ont fait évoluer dernièrement la vision et l’implication de notre association par rapport à la nature en ville et qui ont amené Natagora à se positionner sur le sujet.

C’est dans ce contexte que la nature doit trouver une place dans les continuités écologiques au sein de la ville et au-delà.

L’histoire d’une gare devenue friche

Formant une passerelle verte entre  de Schaerbeek et d'Evere, la Friche Josaphat est l’une des dernières grandes friches de la Région de Bruxelles-Capitale. Il s’agit d’une ancienne gare de triage de la SNCB d’environ 25 hectares, inutilisée depuis les années 90. Cet espace est toujours traversé par la  voie ferrée. Le bâti a été démonté, le terrain a été dépollué et planté d’une prairie fleurie en 2013. Milieu rare d’un seul tenant en Région de Bruxelles-Capitale, l’espace s’est transformé en friche semi-naturelle plus sauvage et biologiquement riche.

Depuis la désaffection de la gare, ce site a vécu et vit encore de nombreuses expériences: événements culturels diverses (Kamioen du KVS, Festival Rock Oasis, la Compagnie des nouveaux disparus), des initiatives citoyennes («Commons Josaphat» avec JOSAPH’AIRE) ou encore aujourd’hui l’été à Josaphat. Beaucoup de ces activités se sont déroulées en harmonie avec un espace important laissé à la nature. 

Le gouvernement bruxellois veut valoriser le site, en construisant du logement et des équipements. Cette valorisation se fait au travers d’un Plan d'Aménagement Directeur (PAD), un outil d’aménagement urbain permettant de déroger à certaines règles afin d'accélérer les projets de construction. Dix PAD sont apparus un peu partout en Région de Bruxelles-Capitale et d’autres sont probablement en préparation. Même si on peut se réjouir de la volonté du gouvernement d’avoir une vision stratégique à l'échelle de certains territoires, est-ce pour autant qu’il faut permettre de déroger aux règles? (3)

Le PAD Josaphat a fait l’objet de nombreux commentaires lors de l’enquête publique et d’analyses critiques de la part des différents organes consultatifs. Il est notamment apparu que des études supplémentaires sont nécessaires et que des modifications substantielles sont requises.

Le  Bouwmeester-Maître architecte de la Région de Bruxelles-Capitale, Kristiaan Borret, s’exprime comme suit: « À Bruxelles, les dix dernières années ont été dominées par la croissance démographique. La densification a clairement été poussée à son paroxysme. Les dix prochaines années doivent par contre être dominées par le réchauffement climatique et la transition écologique. La densification du territoire doit être mise en pause pour se concentrer sur la végétalisation de la ville. Bruxelles doit entrer dans une nouvelle ère. Il faut la laisser respirer. »(4). Nous nous inscrivons dans cette vision.

Après d’âpres discussions au parlement bruxellois, après plusieurs sollicitation de la part de collectifs et citoyens, ainsi qu'une campagne menée par plusieurs associations dont Natagora, le gouvernement a permis une seconde enquête publique, annonçant que les demandes ont été entendues et que les plans avaient été adaptés en conséquence. 

Ce PAD revu est passé au gouvernement au début des vacances. Cette nouvelle mouture n’est toujours pas disponible à ce jour et l'enquête publique a été annoncée pour septembre 2021.

Malgré des demandes insistantes des citoyens et collectifs, le gouvernement bruxellois n’a pas opté pour une réflexion collective autour de l’avenir de cet espace. En effet, les citoyens et associations avaient 4 demandes dans le cadre de ce dossier (voir ci-contre).

En fait, le gouvernement a annoncé début juillet 2021 qu’il avait entendu les demandes et qu’il ajoutait un (tout petit) peu d’espace vert, tout en continuant à négocier avec les promoteurs immobiliers pour  l’aménagement de la partie de la friche la plus riche en biodiversité. Bien qu’il ne se soit nullement lancé dans un processus de co-création, une nouvelle enquête publique va être lancée et c’est déjà une petite avancée !

Friche urbaine et biodiversité

En ville, un certain nombre d’espaces végétalisés bénéficient d’une protection grâce à leur statut légal, tandis que d'autres espaces végétalisés non aménagés, comme les friches, ont une indéniable valeur paysagère et écologique car ils renferment une végétation spontanée et capable de s’adapter plus facilement aux conditions du milieu urbain.

Les friches urbaines jouent un rôle paysager, évoluant selon le bon vouloir de la nature, offrant ainsi à la ville des espaces « sauvages » marquant un contraste fort avec les espaces dits verts. Toutefois, les fiches peuvent être perçues comme des lieux inutiles, voire rebutants par leur désordre ou leur saleté, et dont la vocation serait d’être “valorisée” par des constructions, alors qu’elles constituent souvent les derniers endroits sauvages de la ville, régulant gratuitement sa température et ses eaux de pluie, assainissant son air, offrant un espace de détente et un havre pour la biodiversité.

Les friches sont au cœur de la réflexion de beaucoup de grandes villes et des politiques d’aménagement de l’espace public. Dans ces lieux se heurtent bien souvent de trop nombreux usages projetés répondant à de trop nombreux enjeux citadins: économiques, sociaux, patrimoniaux, environnementaux, culturels et sociaux. 

En termes de biodiversité, même si elles peuvent parfois favoriser certaines espèces exotiques, les friches concentrent souvent une grande diversité d’espèces. Elles offrent des refuges grâce aux structures abandonnées (bâtiments, fissures, éboulis, etc.) et à leur diversité végétale. L’association des différents facteurs biotiques et abiotiques présents dans l’environnement des terrains vagues permet de créer des conditions quasi identiques à des écosystèmes naturels existants, c’est ce que l’on appelle les « habitats analogues ». Ces espaces n’ont pas besoin de beaucoup de temps pour acquérir une valeur biologique très intéressante. 

La friche Josaphat a montré dans ce contexte un caractère tout à fait particulier avec plus de 1200 espèces identifiées [!] dans un contexte où les espaces de ce type et d'une telle taille se comptent sur les doigts d’une main (estropiée!) en Région de Bruxelles-Capitale. Plusieurs études montrent en effet que c’est bien la taille de l'espace qui influence le plus sur la qualité biologique d’un site.(5)

Comme on peut le lire dans de nombreux rapports de l’IPBES (équivalent du GIEC pour la biodiversité), un des éléments qui participe largement à la disparition de certaines espèces est la fragmentation et la destruction des habitats naturels, par l’urbanisation, l’agriculture, la mobilité ou l’industrie.

Dans le paysage, cela va se traduire par l’apparition d’îlots d’habitats naturels dispersés, diminués et fragmentés, menaçant à terme leur diversité biologique. 

Une des principales réponses pour éviter cette fragmentation est la connectivité entre les habitats, au travers de liaisons entre les différents éléments structurant le paysage: corridors (cours d’eau, bandes enherbées, etc.) qui permettent aux espèces de se déplacer d’un réservoir de biodiversité à un autre. Cette idée s’est concrétisée par les Infrastructures vertes au niveau européen, la structure écologique principale en Wallonie(6), le réseau écologique bruxellois,... 

La friche Josaphat joue un rôle important dans le réseau écologique bruxellois incarnant un site majeur entre différents espaces importants en terme de valeur biologique : le cimetière de Schaerbeek, le cimetière d’Evere, le Parc Josaphat, le site Reyers/Mediapark et le site de Schaerbeek-Formation.

Cette friche se situe aussi dans une  potentiellement continuité verte entre le pentagone bruxellois et la Région flamande. Cette liaison aurait d’autant plus de sens sachant que le pentagone bruxellois souffre d’une carence importante en espaces verts. La préservation de la friche, ainsi qu’une réflexion pour faciliter des accès depuis le pentagone bruxellois, pourrait offrir un accès à un espace de nature sauvage rare.(7)

Le droit de faire ville pour les citoyens?

Ce sont les habitants qui font la ville. Ils et elles se mobilisent, se rassemblent, s’activent dans et à l'extérieur de la ville, pour donner leur avis et mettre la main à la pâte. Le Covid-19 et les différents confinements ont d’ailleurs renforcé ce phénomène. Un grand nombre de collectifs ont été constitués menant à encore plus d’interpellations durant cette période afin de protéger des zones naturelles en Belgique francophone. L'objet de ces mobilisations locales était tantôt de préserver les nids d'hirondelles sur la vieille bâtisse connue de tous, tantôt le dernier petit de bois du quartier.

Pourtant, de l’autre côté, les gouvernements, les collèges échevinaux, les professionnels de l’immobilier, … considèrent que la construction (“l’aménagement”, “la valorisation”…) est la seule issue raisonnable malgré les visions citoyennes locales. Cette façon de voir les choses, malheureusement répandue, nous semble appartenir à un autre temps.

Dans ce contexte, la co-construction n’est pas simple.La mobilisation citoyenne est parfois perçue négativement par les pouvoirs publics dans la mesure où elle vient symboliquement questionner la représentation élective. Pourtant il est possible de s'en saisir pour favoriser une adoption et une pérennité au projet tout en le bonifiant grâce aux objections. La mobilisation citoyenne peut en définitive permettre de meilleures mesures politiques.

Malheureusement les enquêtes publiques, telles qu’elles existent aujourd’hui, ne rendent pas la vie facile aux citoyens. Les PAD s’inscrivent résolument dans cette dynamique, d’autant plus lorsqu'ils sont soumis en rafale via enquêtes publiques comme cela a été fait en 2019.(8)

Le futur de nos villes et centralités urbaines ne se réduit pas à un projet technique, mais bien une vision partagée entre tous les habitant·es et ce tout au long du processus. Il semble dès lors indispensable de se doter d’outils qui facilitent et accompagnent la transparence et la co-création. ll est grand temps que des moyens soient investis pour de la recherche-action sur des expérimentations de ce type.

On voit d'ailleurs que certaines administrations et pouvoirs publics saisissent cet enjeu et expérimentent des mécanismes de participation citoyenne et nous nous en réjouissons.  Plusieurs initiatives positives existent déjà, parfois avec les soutiens des pouvoirs publics, via par exemple le fond de recherche Innoviris.(9,10,11) Malheureusement, les éléments récoltés dans le cadre de ces recherches et expérimentations sont très peu pris en compte par les pouvoirs publics. Citons simplement, à titre d’exemple, toutes les initiatives de “commons(12,13) développées dans le cadre de Commons Josaphat.

Les études et les rapports d’incidences existent normalement afin de permettre à tout un chacun une compréhension des impacts environnementaux des projets d’aménagement. Ces outils sont évidemment précieux mais ils sont très souvent complexes à s’approprier et lacunaires en termes de biodiversité pour différentes raisons: 

  • les bureaux d’étude n’ont pas toujours des personnes compétentes en termes de biodiversité pour mesurer les impacts, même si certain·es se forment et se font accompagner sur le sujet
  • le temps imparti pour étudier ces impacts ne permet suffisamment de visites de terrain et ne s’entend pas sur l’ensemble de saisons (typiquement : un recensement hivernal sera par définition lacunaire)
  • les bureaux d'étude mandatés sont payés et suivis par le maître d’ouvrage, ce qui pose forcément des questions quant à l’indépendance de ces organismes qui flirtent avec le conflit d’intérêt, indépendamment de leurs bonnes volontés

La friche Josaphat est un cas d’école illustrant ces problématiques.

Dans le cadre de l'enquête publique, le rapport d’incidences était très peu fourni en termes de biodiversité alors que la plateforme participative “observations.be” indiquait déjà la qualité naturaliste de cet espace. La pression qu'opère le PAD a aussi motivé de nombreux naturalistes à observer la friche, permettant d’y observer des espèces uniques en Région de Bruxelles-capitale, voire en Belgique comme l’anthidie sept-épines(14).
Beaucoup espèrent une vraie évolution dans la nouvelle enquête publique annoncée, non seulement en termes de connaissance des espèces et des habitats présents sur le site mais aussi en ce qui concerne l'analyse d’impacts sur ceux-ci dans et autour de la zone concernée ainsi que sur les continuités écologiques en RBC.

Certes la nouvelle enquête publique actuellement prévue est une avancée en matière de démocratie, toutefois nous déplorons que les nouveaux projets n’aient pas été réalisés en collaboration avec les citoyens et associations actives sur le sujet comme cela avait été demandé dans le cadre de la campagne “#PlanBJosaphat”.

D’autant plus sur un espace dont une partie importante est en propriété publique...

Pour un droit à la vie urbaine sous toutes ses formes

De plus en plus de naturalistes s’impliquent dans la défense de la nature en ville et participent à une remise en question de la définition même de “la nature digne d’être protégée”. La nécessité de développer un ville viable, conditionnée par une qualité de vie urbaine, amène à élargir les notions prises en compte pour déterminer si un espace doit ou non être protégé, critères qui vont au-delà de la “simple” valeur biologique. Une des questions récurrentes qui se posent alors est : Comment concilier protection des biotopes urbains (enjeu environnemental d’échelle locale) et densification de la ville (enjeu environnemental d’échelle régionale) ?

La friche Josaphat est un lieu d'expérimentation de réponses à ces questionnements mêlant des projets de participation citoyenne, de cohésion sociale, de co-création et d’innovations. Naturalistes, défenseurs et défenderesses du droit au logement, riverain·es se mettent autour de la table mettant en place des projets concrets (Récup’Kitchen, Commons Josaphat, ...) mais aussi des dynamiques de soutien et des outils de lectures collectives : écriture de lettres d’interpellation par des écrivains publics, les rassemblements du “parlement de la friche” expliquant les modalités de l’aménagement du territoire, création d’un manifeste  citoyen faisant fi des difficultés liées à la barrière linguistique ou encore les balades du dimanche matin pour simplement partager la beauté de la nature sauvage au coeur de Bruxelles.

Fort de ces expérimentations, la question qui se pose désormais est de savoir si les pouvoirs publics et les politiques vont enfin s’offrir le temps et la possibilité de renforcer et de co-créer le futur de la ville? 

Rendez-vous dans les semaines qui suivent pour les prochaines étapes !

Notes de bas de page

  1. "Selon les estimations du Programmes des Nations unies pour le développement (PNUD), l'humanité serait à présent urbaine à environ 55%. Pour la Commission européenne, sur base d'autres systèmes de données, nous serions déjà 85% d’urbains." (Atlas de l'Anthropocène de François Gemenne, Aleksandar Rankovic, Thomas Ansart, Benoît Martin, Patrice Mitrano, Antoine Rio)"
  2. "F. Prescriptions particulières relatives aux zones d'espaces verts et aux zones agricoles" (urban.brussels)
  3. "Plans d’Aménagement Directeur : fuite hors cadre de l’urbanisme bruxellois" (Inter-Environnement Bruxelles)
  4. "Immo: après la densification, place à la végétalisation à Bruxelles" (Xavier Attouts / Trends Tendance)
  5. "Biodiversity in cities needs space: a meta-analysis of factorsdetermining intra-urban biodiversity variation" (Ecology Letters, (2015))
  6. "La structure écologique principale (SEP)" (La biodiversité en Wallonie)
  7. article du plan nature sur l'accessibilité des espaces verts et mettre la carence du plan nature
  8. "Le credo de la gouvernance urbanistique bruxelloise : célérité, partialité et opacité" (Inter-Environnement Bruxelles)
  9. "Enquête sur une biorégion bruxelloise par le paysage ou prémices d'un observatoire citoyen du paysage métropolitain" (Roselyne de Lestrange (Metrolab - LOCI))
  10. Le Community Land Trust Bruxelles
  11. Brusseau
  12. "La gouvernance des biens communs" (Barricade)
  13. Communs (Wikipédia)
  14. "Une nouvelle espèce d’abeille découverte à Schaerbeek !" (Communiqué de presse de Natagora)
Partager sur :Email

Soutenez Natagora

La nature vous attend

Participez avec Natagora à la préservation de l’environnement en Wallonie et à Bruxelles. Et bénéficiez de tous nos avantages membres ainsi que de réductions auprès de nos partenaires.
Vous aimez la nature ? Aidez-la !

DEVENEZ MEMBREDEVENEZ VOLONTAIRE

Faites un don

Protégez la nature ici, près de chez vous, en permettant l'achat de réserves et en soutenant nos efforts pour leur restauration.

JE FAIS UN DON