Focus thématique : parlons de la jeunesse

En début d'année 2019 nous avons pris le temps d'une journée pour rêver le futur de Natagora et identifier les besoins prioritaires de ses volontaires. Une journée définitivement très riche qui nous offre la possibilité d'adresser collectivement plusieurs thématiques. Afin de ne pas desservir le propos et de favoriser une communication qualitative, nous dédierons les prochains focus thématiques de notre "newsletter des volontaires" à ces sujets transversaux.

 

Parmi les sujets les plus récurrents, nous constatons que la thématique "s’adresser à et intégrer la jeunesse. Cela passe par des outils dédiés : dans les classes et dans les mouvements de jeunesse par exemple. Envie de rapprochement plus avec Jeunes & Nature" semble occuper une place particulière.

Que voici un rêve déjà bien ancré dans le réel !

Notre département Education s’adresse particulièrement au public jeunesse : « Ose Le Vert » dans les écoles ainsi que l’ensemble des activités du CRIE de Modave et du CRIE d’Harchies. La joyeuse équipe de Nature Pour Tous propose aussi, comme son nom l'indique, des animations... pour tous! Notons que d’autres pans de notre association ne sont pas en reste comme l’édition spéciale de la Nuit Européenne des Chauves-souris 2019 co-organisée par notre pôle Plecotus qui s’adresse exclusivement aux mouvements de jeunesse ou encore le département Communication qui publie bimensuellement la section « Le Petit Natagora » dans son magazine.

Certaines régionales se lancent aussi dans des projets spécifiques avec la jeunesse comme le projet "hérissons" soutenu par l’appel à projet.

Le partenariat avec Jeunes & Nature a été acté en 2017 et porte déjà ses fruits, qu’il s’agisse des camps de gestion estivaux, de la Fête des milieux humides organisée dans la réserve Natagora du Haut-Geer, de l’annuelle Journée Champignon en collaboration avec nos régionales ou du projet « Mon école, ma réserve » lauréat de notre appel à projet « Volontaires en action 2018 ». Une fois leur formation terminée, un grand nombre d’animateur.trices cherchent à s’impliquer dans des activités. Ils représentent sans aucun doute des personnes avec lesquelles pas mal de groupes pourraient collaborer. Nous encourageons donc bien entendu les initiatives allant dans ce sens ! 

Veuillez donc noter que vous pouvez adresser vos demandes d'animation à:

Tout ceci étant dit nous souhaitons saisir l’occasion de apporter quelques nuances au sujet de l’approche « jeunesse ».

De jeunes nuances

Premièrement, le public « jeunesse » au sens commun -c.-à-d. les enfants et les adolescent·e·s- a ses propres caractéristiques et logiques en termes d’outils de communication, de priorités, de moyens… bref, de façon de fonctionner. C’est pourquoi il lui correspond un corps de métier spécifique et globalement distinct de celui de Natagora. Au niveau institutionnel on parle même « d’organisations de jeunesse ».

Ensuite, la jeunesse doit être mobilisée. C’est certain ! Comme nous l’entendons souvent : « les jeunes d’aujourd’hui seront les décideurs de demain ». D'ailleurs les derniers mois nous ont démontré que la jeunesse se mobilise déjà d'elle-même! Pour autant reporter nos espoirs aux solutions de demain ne nous semble pas être la voie prioritaire. Agissons ici et maintenant, notre association est construite par et pour des adultes pour sa grande partie (instances de décision, publications, etc). L’énergie nécessaire pour tout révolutionner serait probablement plus utile investie dans des actions concrètes et immédiates !

Enfin, la jeunesse est le temps d'une certaine insouciance qu'il faut savoir préserver.

Des tendances normales

Il y a quelques années la Plateforme Francophone du Volontariat (PFV) publiait une analyse des tendances observées en Belgique . La PFV y faisait mention d’une tendance croissante à l’implication ponctuelle, variant au gré des envies et des disponibilités. La formule consacrée était celle de « volontariat post-it » ou encore "volontariat zapping". Notre dispositif n’est simplement pas calibré pour cette façon de fonctionner : nos instances sont pensées dans la durée et notre objectif nous y contraint inévitablement.

C’est aussi en ce sens que notre public prioritaire est adulte. Ajoutons qu’il vote, qu’il connait des décideurs, qu’il dispose d’un pouvoir de décision ou d’influence direct ou indirect, qu’il peut financièrement soutenir une action qui a du sens, qu’il est autonome dans ses déplacements et qu’il a eu le temps d'accumuler expérience et compréhension du monde naturel/humain, etc. Rien n’empêche cependant de favoriser le rajeunissement des troupes dans un sens moins commun : les jeunes retraité·e·s ou les personnes arrivant en fin de carrière !

Enfin, dernier élément conjoncturel à prendre en compte dans notre réflexion, la PFV faisait aussi un lien avec la pyramide des âges en Belgique qui explique le vieillissement général de la population.