Sciences citoyennes : nouveau moteur de mobilisation ?

Date de la rédaction : 08 juillet 2019

Nous avions dédié le focus thématique de la newsletter des volontaires de septembre 2017 au sujet des sciences participatives. N'hésitez pas à vous y référer pour la description générale du concept ou la myriade de liens fournis en fin d'article pour aller plus loin !

Eurêka mais.. kezako?

Nous profitons aujourd'hui de la publication d’un coffret réalisé par le BRAL, Periferia, Cosmopolis VUB et City Mine(d) qui porte le doux nom "Eurêka - Comment les savoirs citoyens peuvent contribuer à co-construire la ville ?". 

Le coffret en question est librement consultable en ligne (cliquez ici)

Le concept de "participation citoyenne" semble être très en vogue. Tant et si bien que certaines personnalités politiques wallons semblent lorgner vers une "participation" de la société civile pour l’écriture de la déclaration de politique régionale(1). La démocratie participative repose sur la prise en compte de la parole citoyenne. Pourtant force est de constater que, bien souvent, les citoyens sont considérés comme incompétents et sont de facto écartés des processus décisionnels.

Il existe bien quelques démarches, dont les très répandues enquêtes publiques(2),(3) précédant tout projet susceptible d'apporter des nuisances, mises en place pour favoriser la parole citoyenne. Si on peut s'en réjouir dans l'absolu, il s’agit bien de processus consultatifs et non de co-construction(4) alimentés par les savoir et les désirs citoyens.

échelle d'Arnstein

 

 

Le principal message de cet ouvrage est de rappeler que les citoyens doivent être au cœur des décisions qui les concernent en favorisant leur capacité à comprendre et agir sur leur environnement.

Les défis modernes auxquels nous sommes confrontés demandent une collaboration forte entre citoyens, associations, scientifiques et politiques. Les sciences citoyennes constituent une opportunité concrète de mettre ces aspirations en pratique.

Aller au-delà du "coup de sonde »

Workshop Eureka (27 juin 2019)

Comme expliqué dans l’article sur les sciences participatives, ces dynamiques ne datent pas d’hier (début du XXe siècle). Néanmoins jusqu’aujourd’hui, celles-ci s’attelaient principalement à de la collecte de données. On peut cependant observer une évolution: 

  • les outils technologiques (sondes, capteurs...) se démocratisent et deviennent accessibles à un plus grand nombre
  • les programmes de gestion et de visualisation des données sont, eux aussi, de plus en plus performants et permettent à des non-professionnels de s’initier à des mesures jadis réservées aux seuls scientifiques. 

Les citoyens rêvant de dépasser le rôle de « simple » collecteurs de données sont nombreux. Le citoyen veut aussi être un acteur à part entière de la recherche ! 

Certaines administrations s’intéressent d’ailleurs fort à ces nouvelles dynamiques de crowdsourcing ("production participative" en Français, comme par exemple Wikipédia) et subventionnent des initiatives qui vont dans ce sens(5).

En résumé, les sciences citoyennes vont au-delà des sciences participatives en ce sens qu'elles intègrent une dimension locale et surtout un niveau de collaboration supérieur puisque les citoyens peuvent décider d'eux-mêmes des données qui sont intéressantes pour la collectivité et comment elles seront traitées.

Ces savoirs sont pensés par les citoyens, pour les citoyens, avec une modélisation rue par rue (voir citoyen par citoyen). Le BRAL, mouvement urbain qui se bat pour un Bruxelles durable, pratique ces sciences citoyennes et pose de la force mobilisatrice de celles-ci !

Les apprentissages sont partagés rapidement entre les citoyens et les initiatives citoyennes se multiplient.  

Et chez Natagora?

Natagora ne pratique pas encore les sciences citoyennes à large échelle comme elle le fait avec les sciences participatives(6) néanmoins certaines initiatives émergent et nous semblent porteuses. 

Par exemple, Natagora soutient des habitants de logements sociaux qui mesurent les variations de températures entre deux intérieurs d’îlots en pleine canicule : un qui a été rénové et entièrement bétonné (dans un souci d’en "faciliter la gestion") et un entièrement verdurisé. Ces riverains se mobilisent pour profiter de la rénovation afin de préserver la nature présente et voir même créer un couloir de biodiversité entre les différents bâtiments. Ils souhaitent démontrer, chiffres à l'appui, la pertinence de protéger la couverture végétale.

Il ne s’agit pas pour autant de dire que tous les rôles sont interchangeables ! Les scientifiques ont toujours bien entendu un rôle, ne fût-ce que pour faciliter et réfléchir à la mise en place d’un encadrement et un protocole strict visant à garantir la qualité des données recueillies.

L’enjeu est cependant de faire mouvement à partir des savoirs sur une base égalitaire dans les rapport entre les parties prenantes qu'elles soient citoyennes, scientifiques ou politiques. Cette transversalité est, à nos yeux, à l’image des problèmes auxquels nos sociétés font face : à la croisée des défis écologiques, sociaux, économiques et politiques.

Nous espérons sincèrement que ces nouvelles façons de faire annoncent de nouvelles façons de se mobiliser pour la nature. Nous serions ravis si ces initiatives vous inspirent ou vous questionnent. N'hésitez donc pas à nous contacter pour réfléchir ensemble à ce qu'il est possible d'en faire !

Notes de bas de page

  1. "Nous lançons l'idée d'un gouvernement ouvert, avec des ministres de la société civile" RTBF
  2. Le dossier "Enquêtes publiques" d'Inter-Environnement Bruxelles ou la page "L'enquête publique" de Bruxelles-Environnement ou encore notre fiche de réaction locale dédiée à l'enquête publique
  3. "L'information et la participation" Wallonie territoire SPW
  4. "L'échelle de la participation" Fiche 32 du RWDW
  5. L'exemple Bruxelles-Environnement au sujet de la qualité de l’air : https://www.qualitedelair.brussels/
  6. Quelques exemples : "Devine qui vient manger au jardin" ou "Devine qui papillonne au jardin" ou encore le site des recensements Observations.be

Pour aller plus loin