PAC : quel horizon?

Vers une agriculture qui nourrit les villes et les villages avant de nourrir le monde ?

Le système alimentaire et agricole de l’Europe est en panne. Natagora le crie haut et fort aux côtés de Birdlife depuis un petit temps maintenant (cf. campagne "Living Land"). Et nous ne sommes pas seuls à exiger une PAC plus verte : 258 708 citoyens ont participé à la consultation publique de l’UE !

L’agriculture aujourd’hui, à quelques exceptions près, détruit notre climat et notre environnement, détruit la faune, nuit à la santé publique et fait échouer les petits et moyens agriculteurs ainsi que les communautés rurales.

À la croisée de toutes ces thématiques se trouve la Politique Agricole Commune (PAC) - l’une des politiques les plus anciennes, les plus influentes, les plus débattues et les plus coûteuses de l’UE.

C’est pourquoi Natagora demande une PAC...

  • ... juste pour les agriculteurs et les communautés rurales
  • ... environnementalement durable - pour un air et une eau propre, un sol sain et une vie végétale et animale florissante
  • ... saine - pour la bonne nourriture et le bien-être de tous
  • ... responsable mondialement - pour le climat de la planète et le développement durable dans le monde entier

Quel futur pour la PAC?

En juin dernier, la Commission Européenne a publié ses ambitions pour la PAC 2021-2027.

Natagora, en collaboration avec de nombreuses associations de protection de la Nature, a réagi  à cette proposition que nous considérons comme insuffisamment ancrée dans une vision ambitieuse et futuriste de l’agriculture paysanne et de l’alimentation durable permettant de répondre aux nombreux défis sociétaux de notre temps (climat, stockage carbone, biodiversité, alimentation locale…).

Premièrement, le mode de financement choisi dans le cadre de cette proposition ne soutient pas suffisamment  une transition vers des systèmes de production plus durables au bénéfice de la société et de l’environnement. Deuxièmement, l’optique choisie par la Commission est la renationalisation, laissant ouverte la porte à certaines dérives. 

L’enjeu, pour les associations environnementales, est bien de transformer cette PAC en une véritable PAAC (Politique Agricole et Alimentaire Commune).

Les associations invitent le Gouvernement wallon et en particulier le Ministre René Collin à associer les représentants environnementaux dès le début du processus et à tenir compte des différents piliers du développement durable, ce qui revient à prendre en compte le souhait de tou·te·s les Wallon·ne·s pour définir le projet "agriculture et alimentation" du territoire.