Guide > Natagora dans les grandes lignes > Que faisons-nous?

Étudier

 

Un des objectifs de Natagora est de connaître pour mieux protéger. En particulier, savoir où sont les espèces sauvages en Wallonie et à Bruxelles, quelle est leur abondance, quelles sont les menaces qui pèsent sur elles et quelles actions peuvent être mises en œuvre pour favoriser au mieux la biodiversité. Toute action de militance se base notamment sur l’identification des menaces sur la biodiversité grâce des informations objectives collectées sur le terrain.

Pour ce faire, nous dépendons du soutien essentiel et indispensable des observateurs bénévoles qui fournissent des milliers de données sur les oiseaux, mais aussi les chauves-souris, les batraciens et reptiles ainsi que d’autres groupes. Plusieurs services sont mis en place pour soutenir au maximum ce précieux réseau de contributeurs : outils de gestion de données, formations, retour d'informations. De plus, la réalisation périodique d’Atlas de répartition constitue des actions-phares qui mobilisent des centaines de naturalistes autour de ces projets collectifs de longue haleine.

Le réseau d’observateurs est également impliqué dans des opérations de monitoring récurrentes, souvent annuelles, qui permettent de cibler des questions particulières : suivi de l’avifaune commune par points d’observation, recensements hivernaux des oiseaux d’eau, suivi des colonies et des sites d’hibernation des chauves-souris…

L’organisation régulière d’opérations citoyennes sensibilisant des milliers de familles à la nature de proximité, permet aussi de récolter des données intéressantes sur les populations d’oiseaux et de papillons présents au jardin ou d’hirondelles nichant sur les bâtiments.

Pour mener ses activités, le département études de Natagora est soutenu par la Région wallonne et la Région de Bruxelles-Capitale qui, pour assurer le suivi de leur biodiversité, ont choisi de travailler en étroite collaboration avec les associations naturalistes. Natagora est en outre reconnue comme « institution scientifique » au niveau fédéral belge.

 

Mais notre action s’inscrit aussi au-delà du cadre régional par la reconnaissance de Natagora en tant que partenaire de BirdLife International. Des contacts ont lieu visant à harmoniser et dynamiser le travail de lobbying du bureau européen de BirdLife et des différents partenaires afin de promouvoir une meilleure législation européenne concernant la protection des sites, des espèces et des habitats.

En savoir plus https://www.natagora.be/index.php/nos-actions 

Quelques projets en cours

Observations.be

Ce site internet permet aux naturalistes de saisir en ligne les observations qu’ils ont réalisées sur le terrain. Né en 2008, ce portail est le fruit d’une collaboration entre NatagoraNatuurpunt et une fondation néerlandaise « Stichting Natuurinformatie ». Très convivial, il offre un grand nombre de services à l’observateur de terrain ou au simple curieux de nature.

Mais son rôle est surtout de permettre à chacun de partager ses observations avec la communauté naturaliste. À l’inverse, pour planifier ses sorties, il suffit de consulter la page d’accueil pour découvrir les belles observations à faire ! Les données d’observations.be sont publiques, consultables par tous et mises à jour en temps réel. Les données sur le portail sont examinées par un groupe d'experts naturalistes qui peuvent contacter, le cas échéant, les observateurs afin d’obtenir des informations complémentaires.

Observations.be rassemble et permet la visualisation des données mais n'a pas comme rôle de fournir des interprétations ou des analyses détaillées de celles-ci. Ce rôle d’analyse est assuré par Aves-Natagora, par les groupes de travail spécialisés, mais aussi au travers de projets de recherche en collaboration avec les universités. Les données servent aussi à apporter des arguments nécessaires à la conservation de sites ou à la gestion des réserves.

Découvrir l’outil : http://observations.be

Les recensements citoyens

Qu'il s'agisse de dénombrer les oiseaux qui visitent les jardins en hiver ou les papillons qui font de même en été, le principe de ces opérations de recensement est le même. Ce ne sont pas des spécialistes qui s'impliquent dans ces enquêtes mais le grand public.

Depuis plus de dix ans, les opérations dites de « sciences participatives », se sont répandues comme une traînée de poudre. Leur succès s’explique par la portée que ces observations dans des lieux privés permettent d’obtenir, par la quantité d’observations récoltées, par l’effort de communication supplémentaire alloué et enfin... une étude scientifique a montré récemment que l'observation des oiseaux dans les jardins apporte du bien-être. Ne passons donc pas sous silence les innombrables témoignages d'enthousiasme laissés par les participants qui découvrent cette biodiversité qui n'était pour eux parfois que théorie. C'est forcément le premier pas pour un jour passer à l'acte car si nous nous efforçons de protéger la nature c'est probablement d'abord parce qu'elle nous émerveille !

En savoir plus : http://www.natagora.be/oiseaux et http://www.natagora.be/papillons